Littérature étrangère

Un autre Brooklyn de Jacqueline Woodson

Un-autre-Brooklyn

Auteure : Jacqueline Woodson

Édition : Stock

Parution : Janvier 2018

Prix : 18€


Résumé : « La première fois que j’ai vu Sylvia, Angela et Gigi, ce fut au cours de cet été-là. Elles marchaient dans notre rue, en short et débardeur, bras dessus bras dessous, têtes rejetées en arrière, secouées de rire. Je les ai suivies du regard jusqu’à ce qu’elles disparaissent, me demandant qui elles étaient, comment elles s’y étaient prises pour… devenir. »

Mon avis : Merci merci merci à Alexandra pour m’avoir parlé de ce livre. On a pas du tout le même ressenti final mais c’est ça le pouvoir de la littérature, changé du tout au tout selon les personnes. En tout cas, sans toi je serais passée à côté d’une perle.

Avec ce roman j’ai découvert la réalité de ce que pouvais être la vie des classes laborieuses à Brooklyn dans les années 70. L’auteure arrive à nous rendre la dureté mais aussi les vraies joies du quotidien de quatre jeunes filles qui apprennent à devenir femme dans un contexte difficile notamment quand on est une jeune fille.

Et cette dureté n’est jamais cachée et en même temps l’auteure ne s’appesantit pas dessus. Ce n’est pas cru. Jamais. Au contraire souvent les éléments durs sont suggérer plus que clairement évoqué. Cela s’accorde particulièrement à l’amitié incroyable de ces quatre héroïnes qui se soutiennent mais se cachent aussi beaucoup par pudeur notamment. leur lien est d’une telle beauté. Sylvia, Gigi, Angela et la narratrice August sont des jeunes filles d’une richesse incroyable. J’avais vraiment l’impression de les connaitre intimement. Tout sonnait juste.

Et tout cela tient à la plume de l’auteure et à la construction de son récit. Il est assez haché avec trois temporalité bien marquées : la jeunesse d’August, puis les années 70 à Brooklyn et les années 90 où elle se remémore son passé. Le roman est fait de paragraphes souvent assez court, comme quand on se remémore un souvenir ce qui est le cas donc. Les mots sonnent justes et avec délicatesse.


Points positifs : Un superbe roman avec une plume délicate, une construction originale, des héroïne fortes et fragiles à la fois, un portrait de Brooklyn captivant, un roman vibrant sur le passage à l’âge adulte.

Point négatif : la construction et l’écriture peuvent perturber au départ, mais persévérer.

 

Coup de coeur·Fantastique·Jeunesse

La chanson d’Orphée de David Almond

index

Auteur : David Almond

Édition : Gallimard Jeunesse

Parution : Janvier 2018

Prix : 15€


Résumé : « Je suis celle qui reste. Je suis celle qui doit raconter. Je les ai connus tous les deux, je sais comment ils ont vécu et comment ils sont morts ».

Claire est la meilleure amie d’Ella Grey. Elle était là au moment du coup de foudre avec le beau et mystérieux Orphée. Celui qui a rendu Ella si vivante et qui a causé sa perte. Celui qui est prêt à descendre dans les profondeurs des enfers pour la ramener.

Dans l’Angleterre contemporaine, David Almond livre un conte romantique, moderne et poétique, un hymne vibrant à l’amour et à la musique.

Mon avis : J’aime beaucoup la mythologie grecque et notamment le mythe d’Orphée et d’Eurydice alors le retrouver en littérature ado dans une réécriture moderne je dis oui. Et j’avais hâte de découvrir ce texte. C’est un COUP DE CŒUR !

Ce roman est en majorité du point de vue de Claire, la meilleure amie d’Ella. J’ai trouvé cela très judicieux car face à cette histoire totalement hors du commun Claire est la seule a être vraiment tangible, proche de nous avec des aspirations de jeunes d’aujourd’hui. Cela permet de montrer le décalage entre cette histoire d’amour quasiment antique venu d’un autre monde et Claire qui comme nous est « normale ». D’ailleurs j’ai aimé les questions que Claire se pose, ses mises en garde. C’est à la fois plus de cohérence et en même temps cela appuie le tragique de l’amour entre Ella et Orphée.

J’ai aimé l’onirisme de cette histoire. Dès le début on sent comme Claire et son pressentiment, que quelque chose est sur le point de basculer. C’est l’arrivée d’Orphée et tout ce qui s’ensuivra. Avec Orphée l’histoire est sur le fil du rasoir entre rêve, réalité et cauchemar. Il est à la fois trop beau pour être vrai et en même temps un simple gamin. D’ailleurs le voile sur lui ne sera jamais fait. Ce n’est pas le propos. La beauté de l’amour qui le lie à Ella se passe d’explication. Il y a de l’onirisme mais aussi beaucoup de flou et cela s’accorde à l’histoire et créer cette ambiance si particulière que l’auteur arrive à dépeindre.

La problématique de l’adolescence, du passage à l’âge adulte de la liberté de la jeunesse est subtile dans ce texte mais néanmoins bien présente ce que j’ai apprécié aussi.

Et surtout avec Orphée, qui dans le mythe est connu pour jouer une musique divine, la poésie, la musique et le chant son au cœur du récit. Comme s’ils étaient le langage de l’amour et de toute chose. David Almond possède une plume fluide et surtout poétique, rythmée comme si le texte entier était un poème. C’est un vibrant hommage à la musique comme lien entre toutes les créatures.

Points positifs : une plume absolument magnifique et fluide, une ambiance onirique tout en subtilité, un amour magique et le mythe très bien réinventé.

Points négatifs : Encore une fois je n’ai pas de négatifs à soulever !


Êtes-vous tenter par cette lecture ? Vous aimez la mythologie ? Vous avez un mythe qui vous intéresse en particulier ?

Coup de coeur·Jeunesse·Science-fiction

Nouvelle Sparte de Erik L’homme

nouvelle sparte

Auteur : Erik L’homme

Edition : Gallimard Jeunesse

Parution : Novembre 2017

Prix : 13,50€


Résumé : Deux siècles après les grands bouleversements qui ont balayé le monde d’avant, Nouvelle-Sparte vit en paix au bord du lac Baïkal. Valère et Alexia, seize ans, se préparent à devenir pilotes d’élite quand une série d’attentats sème le chaos dans la cité. Qui se câche derrière ces lâches attaques ? Les fanatiques du Darislam ? Les patriciens corrompus de Paradise ? Valère est chargé par le Directoire de mener l’enquête. Une mission périlleuse qui va le plonger dans les sombres entrailles de l’Occidie et faire voler son univers en éclats…

Une fable puissante, un formidable roman d’aventures par l’auteur de « Phaenomen », « Le Livre des Étoiles » et « A comme Association ».

Mon avis : Erik L’homme fait partie des auteurs chouchou de mon enfance avec le livre des étoiles que j’ai lu et relu de nombreuses fois. Quand j’ai vu qu’il sortait un one-shot pour ado je me suis précipitée. Et attention c’est un COUP DE COEUR !!

J’ai aimé l’univers post fin du monde. Ici plus de pays mais quatre entités reparties sur les lambeaux de l’ancien monde après une guerre mondiale meurtrière. Nous suivons surtout le destin de la Baïkalie un petit territoire dont la société et la politique est un retour à la démocratie grecque ancienne où chacun est libre, égaux… Mais d’autres entités sont capitales dans ce texte notamment l’Occidie qui est l’exacte opposée de la Baïkalie puisque de très forte disparité existent là-bas (c’est la loi du plus fort en fait).

A travers ces différents territoires l’auteur nous amène a réfléchir sur nos mode de sociétés actuelles, ce que nous avons perdu, ce qu’on pourrait changer. Surtout il ne prend jamais parti. Le narrateur ne porte pas de jugement. Erik L’homme juge ses lecteurs suffisamment grand et apte a réfléchir par eux-même. J’apprécie.

Et la réflexion est bien au coeur de ce récit. Réflexion et esprit de déduction pour notre héros qui veut comprendre dont vient la menace et déjouer les complots qui pèse sur son peuple. Réflexion donc sur ces gouvernements, la perte des libertés, la lutte riche/pauvre… Réflexion aussi grâce à plusieurs extraits de textes antiques de philosophie toujours expliqué avec brio. La philosophie est importante ici et moi qui n’aime pas ça je me suis retrouvée à vouloir pousser un peu plus loin les propos amené par le texte.

Et tout cela ce fait avec un style accessible et surtout original. Etant donné que la Baïkalie a un système bien particulier, Erik l’Homme a aussi créer un vocabulaire très particulier. Cela donne une vraie richesse au récit. Et surtout quelle plume pour ce qui est de l’action, de la maitrise du suspense et de la tension.

Points positifs : Une plume précise et original, un monde développé, des problématique sous-jacente hyper intéressante, une part de philosophie captivante, des rebondissements dans l’intrigue et surtout un auteur qui aide à nous faire comprendre sans réfléchir pour nous.

Points négatifs : Hum aucun ^^.


Citation : « Dans la fédération […] Chaque individu existe de trois manières. Dans le je-suis… Comment expliquer ? Le je-suis, c’est l’essence de l’être, les particularités de chacun, ses qualités, sa personnalité, sa nature profonde ! Ensuite dans le je-fais. Le je-fais, c’est l’empreinte de la volonté de chacun dans le monde, la somme de ses actes, son action personnelle… Et puis enfin dans le nous-ensemble : c’est la place que chacun occupe dans le groupe, ce qu’il apporte au destin collectif… »


Avez-vous envie de découvrir ce roman de science-fiction hyper original ? Avez-vous déjà lu des romans de cet auteur ? 

challenge·Classique·Fantastique

Voyage au centre de la Terre de Jules Verne

voyage centre terre

Auteur : Jules Verne

Edition : Le livre de poche

Parution : Novembre 1864

Prix : 4,85€


Résumé : Ce livre raconte l’histoire d’un scientifique, le Professeur Lidenbrock, et de son neveu Axel, qui découvrent le mystérieux parchemin d’un certain Arne Saknussemme. Dans ce parchemin, ils découvriront qu’il est maintenant possible d’aller au centre de la Terre. Alors ils décideront de se lancer dans cette aventure, avec leur guide. Là-bas ils découvriront un monde aussi époustouflant que terrifiant….

Mon avis : Dans le cadre du readingclassics2018 j’ai décidé pour ce mois de janvier de me lancer dans ce roman de Jules Verne dont j’ai beaucoup beaucoup entendu parler. Je ne regrette pas mais ce fut loin d’être aussi plaisant que le tour du monde en 80 jours pour moi.

Nous suivons ce périple à travers les yeux du neveux d’un scientifique un peu fantasque et totalement obsédé par cette quête du centre de la Terre. Cet oncle m’a souvent fait sourire et j’ai été éblouie par sa ténacité et sa force de caractère. On est loin du neveux qui lui justement est tout l’inverse : chétif, peureux… C’est certainement voulu par l’auteur pour faire contre-pied au caractère du professeur mais alors qu’est-ce que son neveu m’a agacée à geindre constamment (parfois à raison mais pas tout le temps).

Pour le périple en lui-même j’ai aimé dans l’ensemble on va dire. Jules Verne fourni des descriptions détaillées qui permettent de se figurer l’endroit avec précision. Ca j’aime beaucoup. Mais alors il pousse parfois les précisions un peu trop loin. Et si les données scientifiques sont nécessaires (après tout nos héros sont scientifiques) encore une fois, l’auteur en ajoute un peu trop à mon goût. Cela dit l’auteur a su m’accrocher suffisamment pour que je veuille savoir sur quoi nos héros allaient bien tomber au centre de la Terre.

Enfin pour l’écriture en elle-même, Jules Verne est vraiment un auteur abordable. Certes des données scientifiques sont partout mais vous serez comme tout le monde si vous ne comprenez pas tout ^^. Le reste est très fluide et visuel comme je le disais. C’est vraiment agréable à lire. Je pense lire cinq semaines en ballon la prochaine fois.

Points positifs : Une atmosphère bien instillée par l’auteur, une écriture belle et claire, une visualisation des lieux ultra-précise.

Point négatifs : un narrateur agaçant et des personnages trop caricaturaux, un peu trop de termes et de conversation scientifique.


Vous participez au reading classics challenge ? Si oui vous avez lu quel livre ce mois-ci ? Sinon, Jules Verne est un auteur qui vous tente ou pas ? 

Fantastique·Jeunesse

Warcross de Marie Lu

warcross

Auteure : Marie Lu

Edition : PKJ

Parution : Janvier 2018

Prix : 18,50€


Résumé : La vie est dure pour Emika, 18 ans, criblée de dettes, et qui survit comme chasseuse de primes dans les entrailles de Manhattan. Aussi, bien décidée à fuir cette réalité, la jeune femme chausse ses lunettes connectées et plonge dans l’univers fantastique du jeu en réseau le plus incroyable jamais inventé : Warcross.
Mais quand elle pirate la finale du grand tournoi de l’année, elle est repérée par l’intrigant créateur du jeu : Hideo Tanaka, un jeune et beau génie dont les fans se comptent par millions. Emika sent pourtant que les intentions d’Hideo dépassent le cadre de Warcross et pourraient bien faire vaciller la frontière fragile entre réel et virtuel…

Mon avis : Lorsque j’ai appris que ce roman allait être traduit j’étais très heureuse donc forcément je l’ai lu dès sa sortie et globalement je suis hyper emballée.

Nous suivons toute l’histoire du point de vue d’erika une jeune hackeuse endettée et surtout chasseuse de prime pour survivre. J’ai bien aimé Emika. C’est une jeune fille courageuse, pas badass mais loin d’être une princesse en détresse non plus. Elle est juste normale et j’ai aimé cette normalité dans cet univers aussi fou. Elle arrive à se poser les bonnes questions au bon moment. Quant à tous les autres ils sont tous intéressants à des degrés divers. En tout cas ils ne font pas tapisserie et ont tous des intérêts qui influent sur l’intrigue.

Quant à l’intrigue en elle-même elle est superbement mise en scène par Marie Lu. J’ai aimé suivre Emika et Hideo chercher qui est Zero et ce qu’il veut avant que cela ne soit trop dangereux. La chasse à l’homme nous prends littéralement avec elle. De l’action il y a en a à foison avec Marie Lu (mais peut-être un peu trop en dent de scie). Et quel monde ! L’imagination de l’auteure, le warcross et ses possibilités et original et simple à comprendre.

Certes j’avais vu venir la fin ce qui est un peu dommage mais j’ai surtout apprécié les vraies questions que l’auteure pose à travers son intrigue : la liberté vaut-elle de se battre violemment pour elle, la technologie a tout prix est-elle une bonne idée, jusqu’où le virtuel peut empiéter sur la réalité ? Le fond est ultra intéressant dans notre société actuelle.

Points positifs : une héroïne comme je les aime, un univers réaliste bien conçue et facile à visualiser, des questions de fond très pertinentes.

Points négatifs : un début trop lent, des phases d’action un peu courtes et intenses pour avoir ensuite trop de calme, une romance qui ne m’a pas vraiment convaincue, une fin un peu trop prévisible (même si ça ne m’a bizarrement pas trop dérangée).


Cette lecture vous donne t-elle envie ? Si oui pourquoi ? Et si vous l’avez déjà lu, vous en avez pensé quoi ? 

Jeunesse·Polar

Série Sherlock, Lupin et moi de Iacopo Bruno

   sherlock lupin et oi 1        Dernier-Acte-a-l-Opera tome 2

Auteur : Iacopo Bruno

Edition : Albin Michel Jeunesse

Parution : Janvier 2017

Prix : 12,50€

Age : 9/10 ans

   L-enigme-de-la-rose-ecarlate tome 3    La-Cathedrale-de-la-peur tome 4


Résumé du tome 1 : Eté 1870, Sherlock Holmes, Arsène Lupin et Irene Adler font connaissance à Saint-Malo. Les trois amis espèrent profiter de leurs vacances en bord de mer, mais le destin en a décidé autrement. Un corps s’est échoué sur une plage voisine et les trois camarades se retrouvent au beau milieu d’une enquête criminelle. Un collier de diamants a disparu, le mort semble avoir deux identités et une sombre silhouette rôde, la nuit, sur les toits de la ville.
Trois détectives ne seront pas de trop pour résoudre l’énigme de Saint-Malo !

Mon avis : Cette série d’enquête policière pour les enfants m’a d’emblée intriguée lorsque je l’ai reçu pour la première fois à la librairie. C’est bien simple cette idée que Sherlock Holmes, Irène Adler et Arsène Lupin se rencontre et se lie d’amitié m’a tout de suite emballée. Et puis quel superbe travail sur les couvertures.

En librairie, pour la jeunesse on me demande souvent des textes qui soient bien écris et non pas simplifiés (comme peut le faire la bibliothèque rose ou verte) parce que ce n’est pas en simplifiant que les enfants apprennent du vocabulaire. Et ici clairement c’est à la fois très fluide, rythmés par des dialogues savoureux et bien écrit (et bien traduit).

C’est sympa à lire à la fois si on ne connait pas ni Sherlock Holmes, ni Arsène Lupin que si on les connait. Et là vous trouverez déjà présent leur traits de caractères et leurs manies bien présents. Il y a aussi de nombreuses références bien cachées très sympa à suivre.  Ces héros sont passionnants pour tout types de publics à la fois intrigants, drôles et surtout avec une vraie personnalité. D’ailleurs j’apprécie que Irène soit une héroïne forte et que les deux garçon du groupe ne soit jamais à la considérer comme une petite chose fragile. En bref un roman avec des héros attachants. Mention spéciale à Arsène Lupin et à Horatio le majordome d’Irène !

Quant aux intrigues là aussi même si c’est destiné à un public jeunesse l’auteur arrive à faire des intrigues bien ficelées, à jouer avec nous et à nous retourner les méninges, a instiller du suspense quand il faut. Les affaires ne sont évidemment pas sanglantes et anxiogènes mais elles ne sont encore une fois pas simple et bateau. J’ai pris un réel plaisir à les lire. En fait pour tout vous avouer je suis une vraie furie dès qu’un tome parait et je les dévorent.

Points positifs : Une superbe écriture, un humour très présent, l’idée originale et réaliste de faire se rencontrer trois personnages omniprésents en littérature policière, des intrigues complexe sans être violente, des personnages non-caricaturaux et une héroïne entre douceur et combativité. Un fil rouge de tome en tome qui m’intrigue tellement mais tellement ! Ah oui et encore une fois la couverture et les illustrations de chapitres qui sont sublimes.

Point négatif : Désolé je n’en vois pas. En fait j’aime trop cette série !


Cette chronique vous a donné envie de vous lancer dans ces lectures ? Si vous connaissiez déjà, vous en avez pensé quoi ? Déjà lu du Sherlock Holmes et du Arsène Lupin et lesquels ? 

Fantastique·Jeunesse

Les mystères de Larispem tome 1 de Lucie Pierrat-Pajot

larispem

Auteure : Lucie Pierrat-Pajot

Edition : Gallimard Jeunesse

Parution : Avril 2016

Prix : 16€


Résumé : Larispem, 1899.
Dans cette Cité-État indépendante où les bouchers constituent la caste forte d’un régime populiste, trois destins se croisent… Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l’apprentie louchébem et Nathanaël, l’orphelin au passé mystérieux. Tandis que de grandes festivités se préparent pour célébrer le nouveau siècle, l’ombre d’une société secrète vient planer sur la ville. Et si les Frères de Sang revenaient pour mettre leur terrible vengeance à exécution ?

Mon avis : Livre reçut en cadeau de Noël et dévoré dès début janvier il n’aura pas trainer dans ma PAL ! Pour une fois. Et je dois dire que je suis contente même s’il est en-déça de ce que j’espérais (attentes trop hautes je vous dis).

J’ai adoré voir la ville et surtout les transformations qu’une révolution de l’ordre établi aurait pu engendrer. Ici nous avons une vraie société égalitaire où les nobles ne sont plus prioritaires, où les femmes peuvent être patronne de leur vie, où la tour Eiffel n’existe pas et où le partage et la liberté sont les maitres mots. De vraies bonnes idées sont véhiculées. Surtout j’ai adoré les bouchers et leur parler soit au coeur du texte. Leur argot rend tangible ce monde totalement bouleversé. Il y a aussi de nombreuses références à Jules Verne et au steampunk que j’ai trouvé chouettes.

Les personnages quant à eux sont à la fois très caricaturaux et en même temps suffisamment sympathiques pour qu’on s’y attache. Mon petit coup de coeur va à Nathanaël. Je ne sais pas trop pourquoi mais je l’ai trouvé plus intéressant. En plus vu la fin et sa décision il va jouer un rôle important. Et j’ai hâte de le voir gagner en envergure (les autres aussi d’ailleurs).

Quant aux évènements en eux-même c’est là que je suis un peu plus sceptique. En fait j’ai trouvé le rythme un peu trop bancal. Presque rien dans la toute première moitié et ensuite tout se précipite. Surtout les « méchants » arrivent presque trop tard. Par contre tout cela se met en place parfaitement et le suspense est là donc le second tome promet d’être passionnant.

Points positifs : Une écriture fluide malgré l’argot, l’argot d’ailleurs est un vrai plus, des thèmes passionnants en filigranes, une fin captivante, un univers bien décrit et original.

Points négatifs : un tome un peu trop « introductif » et des personnages un peu pâles.

Citation : « Songez à quel point il est plus facile de détruire que de construire, plus simple de se débarrasser d’autrui que d’apprendre à vivre avec. »


Avez-vous lu ce roman ? Vous en avez pensé quoi ? Convaincu de le lire ou pas du tout ?