Fantasy·Littérature étrangère·Polar·Romance·Natural writing·Classique·challenge

Cold winter challenge

Vintage-Winter-Books

Hello mes p’tits pirates !

Je vous retrouve enfin pour vous partagez ma sélection au cold winter challenge. Le pumpkin autumn challenge ayant été une réussite j’ai décidé d’enfin me lancer dans le cold winter challenge. Cela faisait longtemps que je voulais y participer sans trop oser mais là c’est décidé je le fais !

Alors le but est très simple il y a quatre catégories et il faut lire au moins un livre des catégories que nous avons sélectionné pour notre challenge. Nul besoin de lire les quatre catégorie si on en a pas envie. Chouette non ? Le challenge se tient du 1er décembre (oui oui je suis un peu en retard, mais j’ai déjà lu deux livres ^^) au 31 janvier 2018.

Ces quatre catégories sont donc :

  • La magie de Noël : il s’agit de lire un roman qui se passe aux alentour de noël, ayant ce thème comme point central du livre…
  • Flocons magiques : il s’agit de lire un roman de l’imaginaire (fantasy, fantastique ou SF) sans forcément de lien avec l’hiver et les fêtes de noël.
  • Marcher dans la neige : il s’agit de lire un nature writing, un roman issu des littérature de voyage.
  • Stalactites ensanglantées : il s’agit, bien entendu, de lire du sanglant, du mystère, de l’enquête bref un polar !

J’ai décidé de me frotter à ces quatre menus et je vais donc vous faire la liste de chacun des titres que j’ai choisi. Tous ne seront peut-être pas lu mais au moins j’aurais de quoi piocher 🙂

  • La fille qui avait bu la lune, Kelly Barnhill
  • Les outrepasseurs tome 2, Cindy Van Wilder
  • Aeternia tome 1, Gabriel Katz
  • Les héritiers de Shannara tome 1, Terry Brooks
  • Le portail de le sor’cière, James Clemens
  • L’écorchée, Donato Carrisi
  • Mon amie Adèle, Sarah Pinborough
  • Ténèbres prenez-moi la main, Dennis Lehane
  • Léviatemps tome 2, Maxime Chattam
  • Dans la forêt, Jean Hegland
  • Tendre veillée, Scarlett Bailey
  • Flocons d’amour, Myracle/Green/Johnson
  • Au pied du sapin, Collecrif

Voilà, à tous les participants, futurs participants ou simple lecteurs de passage je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année !

illustration hiver cosy lecture

Jeunesse·Romance

Songe à la douceur de Clémentine Beauvais

songe à la douceur

———————–

Auteure : Clémentine Beauvais

Edition : Sarbacane

Parution : Août 2016

Prix : 15,50€

———————–

Résumé : Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse, et lui, semblerait-il, aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il ne peut plus vivre loin d’elle. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ? Songe à la douceur, c’est l’histoire de ces deux histoires d’amour absolu et déphasé – l’un adolescent, l’autre jeune adulte – et de ce que dix ans, à ce moment-là d’une vie, peuvent changer. Une double histoire d’amour inspirée des deux Eugène Onéguine de Pouchkine et de Tchaïkovski – et donc écrite en vers, pour en garder la poésie.

Mon avis : Cela fait des années que j’entends parler, en bien, de Clémentine Beauvais et à la base c’était les petites reines que je voulais lire. Sauf que songe à la douceur c’est la réécriture moderne de Eugène Onéguine, un roman que j’ai découvert l’année dernière et qui m’a totalement subjugué. J’ai placée la barre haute et Clémentine Beauvais a réussi  bien au-delà de ce que j’imaginais. Bref heureuse !

Déjà s’il y a un point à souligner c’est la construction du roman. Tout est en vers libre. Et si j’avais une petite appréhension au départ je me suis retrouvée totalement charmée par ce choix, par la poésie que cela dégage et par la liberté que cela donne. Le texte coule tout seul, fluide et en même temps il parvient très bien à rendre les moments saccadés de l’histoire, les pauses, les replis sur soi. Visuellement et surtout pour l’histoire cela apporte beaucoup.

De même, j’ai aimé la multiplicité des points de vues : Eugène et Tatiana adulte, mais aussi adolescent. On voit qu’ils ont muri, que la vie pour eux n’a pas toujours était simple en 10 ans. Et en même temps on voit aussi ce qui perdure notamment leurs sentiments. Et puis il y a cette voix, celle du narrateur, qui est irrésistible et vient commenter les actions des personnages. Elle ajoute de la légèreté.  Elle sert aussi a expliquer brièvement ce qu’il s’est passé durant les flash-back. J’ai noté qu’elle attise beaucoup la curiosité aussi  en faisant comme des teaser.

Enfin la beauté de ce roman tient aussi à l’histoire en elle-même. J’avais peur que cette superbe romance perde de son attrait en passant à l’époque moderne et pourtant non pas du tout. C’est une vraie grande, belle et triste histoire d’amour, telle que je les aime quand elle sont bien maitrisées. Ici pas de pathos, pas de nan-gnan non plus juste un amour compliqué parce que sérieusement vu les évènements, les non-dits et aussi cette absence de 10 ans rien n’est simple pour Eugène et Tatiana.

Voilà je ne vous en dirais pas plus mais lisez ce roman !

Convaincue ou pas ? L’avez-vous déjà lu et qu’en avez-vous penser ? Avez-vous lu d’autres romans de cette auteure ? Un à me conseiller absolument ? 

Littérature étrangère·Romance

Le secret de Pembrooke Park de Julia Klassen

pembrooke park

———————————————-

Auteur : Julia Klassen

Edition : Milady romance

Parution : 2015

Prix : 15,20€ ou 6,90€

———————————————-

Résumé : Jeune femme sensée, Abigail Foster s’inquiète pour l’avenir de sa famille depuis qu’ils sont ruinés jusqu’à ce qu’un étrange notaire leur propose d’emménager dans un grand manoir, Pembrooke Park, abandonné depuis dix-huit ans. Son père et elle s’y rendent et sont accueillis par le charmant vicaire, William Chapman, qui leur apprend que, selon des rumeurs, la maison renfermerait un trésor. Aux prises entre de vieux amis et de nouveaux ennemis, Abigail ignore les dangers auxquels elle devra faire face avant de lever le voile sur ces mystères et de trouver l’amour qu’elle recherche depuis toujours.

Mon avis : J’ai acheté ce livre au salon du livre de Paris 2017 parce que j’avoue que le résumé plein de mystère, de trésor et de château à l’abandon parlait totalement à mon imaginaire un brin romantique ^^.

J’ai beaucoup aimé ce roman pour le réalisme dont il fait preuve. Oui parce que j’aime bien l’aspect chasse au trésor tout ça mais j’ai aussi les pieds sur terre et faut que ce soit un minimum cohérent et là on est en plein dedans. On suit une famille désargentée à la suite de spéculation un peu hâtive comme cela arrivait très souvent à l’époque qui était alors en plein bouleversement de toute son industrie ainsi que de son économie et certains y laissaient des plumes. Bref la famille se voit contrainte de quitter Londres pour un manoir en pleine campagne. Et là va démarrer une très très chouette histoire. Une histoire de secret de famille, de vengeance, d’amour aussi. L’intrigue est passionnante et nous emporte très vite. les pages défilent sans que l’on s’en aperçoivent. Il n’y a que la fin qui j’ai trouvé un peu trop rapide pour moi.

Les personnages sont magique notamment Abigail et William. Ils apprennent à se connaitre, à se faire confiance. Ils s’apprivoisent en quelque sorte et c’était superbement bien mené. Puis l’auteur a su jouer avec nos nerfs et doser notre frustration juste comme il le faut. Quant à la famille de William que dire à part qu’ils sont adorables et apportent énormément à l’intrigue. Quant à deux personnages au coeur de l’intrigue et du secret (que je cacherais évidemment) sans être trop trop présent ils sont justes parfait.

Le tout est porté par une plume à la fois simple, belle et qui fait mouche. Certes c’est moins cynique et critique que Jane Austen. Néanmoins l’auteure prend plaisir parfois à égratigner quelques habitudes de l’époque et c’est hilarant.

C’était une belle romance pile poil ce dont j’avais envie à ce moment-là et qui m’a comblée comme je le voulais. Je vous le conseille !

Jeunesse·Romance

Un petit quelque chose en plus de Sandy Hall

un-petit-quelque-chose-en-plus

Auteur : Sandy Hall

Edition : Hugo  Roman, collection New Way

Parution : 2017

Prix : 17€

Résumé : Du professeur d’écriture créative à la barmaid du Starbuck du coin de la rue… De leurs camarades de lycée au serveur du restaurant chinois… jusqu’à l’écureuil du parc. Tous SAVENT que Lea et Gabe devraient être ensemble !
Malheureusement, Lea est une timide maladive, et Gabe un jeune homme bien mystérieux. Pourtant, il se passe VRAIMENT quelque chose de spécial entre ces deux-là, tout le monde le voit. Lisez un peu, vous serez forcément d’accord…

Mon avis : Ce livre fait beaucoup parlé de lui sur la blogosphère depuis sa sortie en VO. Je trouvais l’histoire sympa mais sans plus. Il n’y a que les 14 points de vue qui m’intriguaient. Bref j’étais loin de l’idée de l’acheter en VO. Heureusement il a été acheté et traduit et j’ai donc pu le lire en français lorsqu’il est arrivé à la librairie où je travaille. Et je suis super contente de l’avoir fait. D’une parce que j’ai passé un très agréable moment de lecture. Et de deux, je vais maintenant pouvoir le conseiller à pleins de lecteurs et ça c’est top !

Pour en revenir au roman en lui-même c’est comme un bonbon mais en livre ! C’est léger, sucré. Ca fait du bien tout simplement. Ce n’est pas niais. Certaines scènes étaient pas loin de tomber dans ce travers mais l’auteure à toujours maitriser sa plume pour que ce soit cute mais pas gnangnan. D’ailleurs je salue le travail parce que l’équilibre est parfait. Du moins parfait pour moi. Mais je pense vraiment qu’il peut plaire au plus grand nombre. C’est donc une histoire légère dans la manière dont elle est écrite. Ca se dévore, vitesse grand V. En plus les chapitres-points de vue sont très court donc on avance vite et bien. La construction est simple mais parfaite pour cette histoire. Il y a d’abord les parties qui représentent les mois de l’année scolaire et enfin les différents points de vue qui s’enchainent rapidement. Ils ne font jamais plus de quatre pages il me semble. Bref on est plongé dans l’histoire de Gabe et de Léa et à aucun moment il n’y a des scènes trop longues.

Ensuite il faut avouer que l’histoire de 14 points de vue est super et joue beaucoup dans l’intérêt de cette histoire. Je n’ai jamais rien lu comme ça et c’était top. D’autant que les points de vue sont super originaux et nous donne vraiment leurs sentiments sur le couple Gabe et Léa. On voit tout par leurs yeux. Donc exit le point de vue des héros et j’adore. On apprend à les connaître par ceux qui les entoure et le moins qu’on puisse dire c’est qu’outre, l’originalité, ça fonctionne surtout super bien. En plus donner la parole à un écureuil ou un banc c’est juste génial. Et puis voir leur professeure, leur camarade ou la serveuse du starbuck où ils vont toujours c’est juste cool. Chacun des 14 narrateurs apporte quelque chose à l’intrigue.

Enfin, l’histoire d’amour justement. C’est comme je le disais plus haut tout doux. La douceur et la simplicité c’est se que je note avant tout. On est loin des romances torturées avec force de pathos et de crise de larme. Ici, tout n’est pas simple car Gabe cache pas mal de chose et du fait aussi de la timidité de Léa. Mais c’est réaliste. J’avais vraiment l’impression de suivre quelque chose qui pourrait vraiment arrivé. En plus ils sont tout les deux tellement chou. Je les ai adoré de bout en bout.

En bref : c’est une super histoire à découvrir pour ceux qui veulent une belle romance, qui veulent de la douceur et aussi pour découvrir comment mettre en scène 14 voix différentes.