Polar

Le mystère Sherlock de J. M Erre

Le-mystere-Sherlock

Auteur : J. M. Erre

Edition : Pocket

Parution : 2013

Prix : 6,95€

Résumé : Meiringen, Suisse. Les pompiers dégagent l’accès à l’hôtel Baker Street, coupé du monde pendant trois jours à cause d’une avalanche, et découvrent un véritable tombeau. Alignés dans la chambre froide reposent les cadavres de dix universitaires qui participaient à un colloque sur Sherlock Holmes. Le meilleur d’entre eux devait être nommé titulaire de la toute première chaire d’holmésologie de la Sorbonne. Le genre de poste pour lequel on serait prêt à tuer…
Hommage à Sherlock Holmes et à Agatha Christie, rebondissements, suspense et humour (anglais) : « Élémentaire, mon cher Watson ! »

Mon avis : Ce roman avait su m’intriguer au salon du livre de Paris cette année. Avec Sherlock dans le titre c’est évident. Puis le résumé me faisait aussi penser au dix petits nègres. Bref comme dit dans le résumé ce roman semblait être un hommage aux grands classiques de la littérature policière. Et c’est le cas. Cependant j’ai été terriblement déçue par ce roman. Je l’ai trouvé barbant, ennuyeux et très énervant.

Le seul point positif que j’arrive à lui trouver ce sont effectivement les très nombreux clins d’oeil affichés ou plus discrets à tous les grands classiques que ce soit les deux petits nègres, le mystère de la chambre jaune etc… C’était assez drôle d’essayer de deviner les références. Et puis c’était bien fait comme hommage, ressemblant mais sans copier totalement.

Mais alors ensuite que de points négatifs. Commençons par les personnages. sérieusement une nymphomane, un homme qui parle à Sherlock, un vieux gateux, un play-boy. J’en passe et des meilleurs. Ils sont tous faux ! Des archétypes purs et simples. Tellement simples même que c’en est lassant. Il n’y a que la journaliste pour laquelle j’ai eu un tant soit peu d’affection. J’imagine que c’était voulu sauf que c’était vraiment trop excessif.

L’excès parlons-en. Parce que la plume de l’auteur c’est quelque chose et il est clairement tombé dans l’excès et à outrance. Son roman est rempli de dérision et surtout de sarcasme. J’adore ça moi les personnages sarcastiques. Mais lorsque le narrateur et l’ensemble des personnages sont sarcastiques ça fait trop, beaucoup trop. Le sarcasme, selon moi, fonctionne lorsqu’il est dosé. A outrance il perd tout son intérêt. J’en pouvais plus de tout cela.

Ensuite l’intrigue et la construction du roman ne m’on pas énormément plus. Le tout est trop « haché ». En fait on suit le déroulement de l’histoire par des comptes-rendu de la journalistes, des extraits de journaux etc… La encore c’est quelque chose que j’adore. Mais ici ça a coincé. Et pour le coup, pour un roman policier je trouve que ça casse le rythme.

En bref une lecture que je ne conseille pas du tout que l’on soit fan de Sherlock Holmes ou non. Passez votre chemin.