challenge·Coup de coeur·Jeunesse

Cinq centième de seconde, Loïs Lowry

5 centième de second

————————

Auteur : Loïs Lowry

Edition : Casterman

Parution : Août 2017

Prix : 12,90€

————————

Résumé : Si Molly est une belle fille rieuse, sa petite sœur, Meg, à treize ans, se sent terne et sans intérêt. Durant ses vacances à la campagne avec leurs parents, Meg découvre la photographie avec Will.
Bientôt, ce simple divertissement devient sa passion. Mais Molly, elle, semble épuisée, comme éteinte, au moment même où sa sœur prend goût à la vie.
L’existence de Meg va changer, comme joue la lumière de l’été dans un sous-bois…

Mon avis : J’ai décidé de lire ce roman de la rentrée littéraire d’un pour le challenge #RLN2017 et aussi et surtout pour découvrir enfin la plume de Loïs Lowry, ultra-connue pour sa série le passeur. Et qu’est-ce que j’ai eu raison. Ce roman est comme Sirius, aussi un coup de coeur. Il est totalement différent et pourtant mon ressenti a été aussi fort.

Nous suivons Meg qui se sent constamment dans l’ombre de sa soeur ainé Molly. Molly, c’est une jeune fille joyeuse, solaire, qui sait rendre les gens heureux simplement en étant là. Et face à cette personnalité Meg se place, peut-être intuitivement en retrait. Elle est plus calme, plus refermée. Et ce roman c’est l’apprentissage pour Meg de ce qu’elle est, de ce qu’elle vaut et surtout elle va apprendre à s’ouvrir au monde. Et cela via la photographie (j’ai d’ailleurs adoré découvrir cet art par le biais de ce livre).

C’est un roman qui pourrait paraitre déjà vu et revu et pourtant non, parce que Loïs Lowry a la capacité de rendre ce roman ultra-réaliste. J’avais vraiment l’impression de retrouver certaines choses qui m’ont rappeler mon enfance avec ma soeur. L’auteure ne tombe jamais dans l’excès. Tout est simple et vrai !

Molly quant à elle c’est le coeur de la seconde partie de ce roman. Et le second thème principal après celui de l’ouverture au autres c’est la maladie. Car voilà Molly la jeune fille solaire est malade. Et là l’histoire prend un autre tournant. Et cela est d’une telle justesse que je n’ai pas pu retenir quelques larmes. Là encore l’auteure ne tombe pas dans le pathos. Tout est très humain. On voit la famille et leurs amis réagir différemment pour finalement se réunir et essayer de tenir ensemble. C’est tellement beau.

Finalement ce roman est juste magnifique et comme je vous le disais sur tout : l’intrigue comme les personnages (y compris les nombreux personnages secondaires comme Will) et l’écriture qui explore l’âme humaine tout en finesse.

J’espère avoir réussi à vous donner envie ? Et si vous l’avez lu, comme d’habitude n’hésitez pas à me faire part de votre avis !

 

challenge·Fantastique·Jeunesse

Sirius de Stéphane Servant

sirius

————————-

Auteur : Stéphane Servant

Edition : Le Rouergue collection épik

Parution : août 2017

Prix : 16,50€

————————-

Résumé : Alors que le monde se meurt, Avril, une jeune fille, tente tant bien que mal d’élever Kid. Entre leurs expéditions pour trouver de la nourriture et les leçons données au petit garçon, le temps s’écoule doucement… jusqu’au jour où le mystérieux passé d’Avril les jette brutalement sur la route. Il leur faut maintenant survivre sur une terre stérile pleine de dangers. Stéphane Servant, avec tout son talent de conteur, nous plonge dans un univers post-apocalyptique aussi fascinant que vénéneux. Une lecture addictive.

Mon avis : Attention cher messieurs-dames voici venir la chronique d’un COUP DE COEUR !! Et oui si j’ai mis du temps à lire ce livre ce fut pour le savourer jusqu’au dernier instant. Il est absolument génial et cela sur tous les plans. Je l’ai lu dans le cadre de la rentrée littéraire du net 2017 ou #RLN2017.

Commençons par les personnages avec Avril et Kid en premier plan. Ce frère et cette soeur sont les piliers de cette histoires. Ils passent une grande partie du livre seuls pour  éviter les restes de l’humanité réduite à piller, détruire les autres pour survivre. Avril, la grande soeur, veut tout faire pour sauver son petit frère. C’est une jeune femme comme vous et moi ni badass ni trop fragile. Elle a du s’adapter à ce monde dévasté. J’ai aimé ses efforts pour apprendre à lire et a écrire à son petit frère comme si elle se raccrocher désespérément à ce qui faisait la force de l’humanité. Elle a aussi un sacré secret qui lui pèse sur les épaules et pourtant vaille que vaille elle avance pour Kid et qu’il puisse vivre en sécurité. Kid quant à lui est un personnage adorable. Lui n’a jamais connu « notre » monde. Il ne l’a vu que dévasté et stérile. De ce fait, il est parfois tellement drôle notamment lorsqu’il prend Sirius le cochon pour Sirius le chien ^^. Au fil du roman Kid (avec Sirius) évolue de manière presque fantastique, comme s’il ne faisait q’un avec la nature. Je n’en dévoilerais pas trop. Mais Kid est définitivement un enfant pas comme les autres qui m’a énormément plu.

L’aventure et l’action qui s’enchaine est un autre point positif. Impossible de reposer ce roman. Il y a toujours quelque chose qui nous tient agrippés au livre. L’auteur dit s’être inspiré de la route de McCarthy que je n’ai pas lu mais dont je connais les grandes lignes et effectivement on y retrouve quelques échos. On y voit au fil de leur pérégrination les reste de notre humanité et c’est pas beau à voir. Du coup on a d’autant plus envie que la quête d’Avril et Kid aboutisse. Ce roman sait jouer avec nos nerfs et c’est passionnants.

Ensuite il faut que je souligne la beauté et la puissance de la plume de Stéphane Servant. Sérieusement c’est l’un des romans les plus originaux que j’ai lu pour cette rentrée jeunesse. Les passages avec Kid et les animaux sont justes tellement purs, simple mais efficace. sa plume sait s’adapter à chaque personnage et selon moi c’est l’un des signes d’un bon auteur.

Enfin le coup de coeur tient aussi aux thèmes abordés par l’auteur grâce à cette histoire. C’est une véritable ode aux animaux qui nous ai offert. La réaction des hommes au virus décrit dans le roman est à mon grand déplaisir parfaitement possible je pense. Les hommes ont toujours tendance à rejeter la faute sur l’autre qu’il soit animal ou juste différent, immigrés…  Et c’est cela le coeur de ce texte : l’idée de fraternité. Mais il y a aussi la bêtise humaine dans toutes ses formes. La protection environnementale est aussi abordés par le biais de ce virus et de ses effets. ce roman post-apo est comme une sonnette d’alarme très réaliste sur les effets de notre mode de vie actuel et ce qu’il peut déclencher. Tous ces thèmes sont ultra-forts et en même temps disséminés et abordés de manière sous-jacente, jamais de plein fouet. Et ça c’est très positif. je déteste lire des manifeste trop directif et là ce n’est jamais ça. Actions, intrigues et thèmes forts sont très bien dosés.

Bref si avec ça je ne vous ai pas donné envie de sauter sur le livre je ne sais pas ce que je peux faire 😀

Alors convaincu ? Vous avez déjà lu ce roman ? Si oui quel est votre ressenti ? Coup de coeur ou pas ? 

challenge

La rentrée littéraire du net 2017

RLN2017_03

Hello les gens !

Je reviens aujourd’hui avec un second challenge. Il s’agit, comme vous pouvez le voir dans le titre, du challenge de la rentrée littéraire du net 2017 ou pour la faire courte le #RLN2017. Piko books a eut la très très bonne idée, si vous voulez mon avis, de mettre en place cette rentrée littéraire version net. En effet, pour ceux qui lisent la presse littéraire ou écoutent les radios culturelles ce sont très souvent les mêmes maisons d’éditions qui sont misent en avant comme Gallimard, ou parfois les même auteurs tel que Amélie Nothomb. Or cette année c’est 581 romans qui sortent et tous ne viennent pas des maisons d’éditions plus connues.

Piko books a donc mis en place ce #RLN2017 afin que chacun puisse partager un roman d’une maison moins connue, le mettre en lumière. Et pour aller plus loin elle a créer un challenge. Celui-ci consiste en une sélection personnelle de roman de la rentrée littéraire. Le but étant d’en lire au minimum deux. Ensuite il s’agit de les chroniquer et de faire une série d’articles expliquant notre rapport à cette rentrée littéraire, aux prix, aux anciennes rentrées etc… Pour plus de précision concernant ce challenge je vous mets tout de suite le lien vers son article : RLN2017

Maintenant ma sélection :

   5 centième de second CVT_Le-Jour-dAvant_9031 CVT_Un-funambule-sur-le-sable_5458

déjeuner barricades le sans dieu Les-optimistes-meurent-en-premier
point cardinal sirius neverland

Sucre-noir

Nous sommes déjà nombreux a participé mais n’hésitez pas à nous rejoindre et a ouvrir vos horizons de lecture. Ca fait toujours plaisir ! 

challenge

Pumpkin autumn challenge

livre automne

Hello tout le monde.

Déjà désolé pour cette absence de presque trois semaines. La rentrée littéraire à la librairie me prend beaucoup de temps de lecture et d’énergie. Mais dès que j’aurais retrouvée un rythme correct je reviendrais avec de très belles découvertes !

En tout cas si je fais cet article aujourd’hui c’est parce que j’ai décidé, moi aussi, de m’inscrire au Pumpkin Autumn Challenge lancé par le terrier de guimause il y a quelques jours. D’habitude, les challenges et moi ce n’est jamais une grande histoire d’amour. J’aime m’y inscrire mais ensuite je déteste me sentir obliger de lire ou de ne pas acheter ou que sais-je encore. Mais alors pourquoi lui ? Tout simplement parce que la période est de trois mois avec peu de livres. C’est donc très peu contraignant et chouette en même temps.

pumpkin autumn challenge

Le principe de ce challenge est simple. Guimause a concocté 3 menu avec deux thèmes à l’intérieur. Chaque participant peut choisir 1, 2 ou les 3 menus. Moi j’en ai choisi deux. Dès lors que vous choisissez un menu vous devez choisir un livre pour chaque thème. Ainsi si vous prenez l’automne douceur de vivre vous devrez choisir un livre pour le thème spooky, creepy Halloween et un pour « fall » in love. Et non pas deux pour « fall » in love et aucun pour le premier. J’espère avoir bien expliquer le principe du challenge de Guimause. Si vous avez le moindre de doute je vous ai mis le lien vers son article dédié plus haut.

Maintenant passons donc à ma sélection :

  • L’automne douceur de vivre : avec Grisha de Leigh Bardugo et Chocolat amer de Laura Esquivel
  • L’automne enchanteur : avec Fairy Oak d’Elisabetta Gnone et pour le moment aucun recueil de légendes car je n’en ai pas encore acheté.

 

Comptez-vous participer à ce challenge ? Y participez-vous déjà ? Des avis sur ce que je vais lire ? Avez-vous déjà lu ces romans ? 

Coup de coeur·Jeunesse

Le monde de Charlie de Stephen Chbosky

monde charlie

—————————–

Auteur : Stephen Chbosky

Edition : Sarbacane collection Exprim’

Parution : Novembre 2012

Prix : 13,50€

—————————–

Résumé : Au lycée où il vient de rentrer on trouve Charlie bizarre. Trop sensible, pas « raccord ». Pour son prof de lettres, c’est un prodige ; pour les autres, juste un freak. En attendant, il reste en marge – jusqu’au jour où deux étudiants, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile.
La musique, les filles, la fête: c’est tout un mode que Charlie découvre…

Mon avis : J’ai lu ce livre il y a au moins deux ans et j’ai retrouvé ma chronique sur mon ancien blog littéraire. Et ce livre étant un Coup de Coeur pareil il devait être sur celui-ci aussi !

   Comme le dis le résumé nous suivons donc un jeune garçon appelé Charlie. Celui-ci a 15 ans et il vient d’entrer au lycée. Le résumé nous dis aussi qu’il n’est « pas raccord » et c’est effectivement ce qu’on ressent dès le début de la lecture. J’ai tout de suite sentie que j’avais affaire à un jeune homme très sentimental, qui réfléchit beaucoup, peut-être trop, introvertie et qui ne sais pas trop comment gérer les codes sociaux comme parler avec d’autres ado… Il m’a plu d’emblée. Il a un côté fragile qu’on découvre aussi petit à petit et qui donne envie de le protéger. Heureusement qu’il arrive ensuite à se faire intégrer dans une bande d’ami. Pour lui c’est vraiment incroyable et ça ma faisait sourire de le voir heureux. Nous découvrons donc de nombreux autres personnages menés par Sam et Patrick, deux élèves de terminales. Ils sont vraiment mûres. Je me suis sentie assez proche d’eux deux. Ils réfléchissent a ce qu’ils veulent faire plus tard et en même temps profitent des derniers instant en tant que lycéen. Et puis ils font beaucoup de bien à Charlie. Ils lui font découvrir la vraie vie. Ils lui montrent comment s’impliquer, avoir des amis… Un autre personnage que j’ai adoré c’est Bill son professeur de littérature. C’est un vrai prof quelqu’un qui aime ce qu’il fait et qui aide ceux qui en ont besoin comme Charlie. Lui aussi le prend sous son aile même si c’est d’une autre façon. Il lui fais lire des tas de classiques (que j’ai adoré découvrir) pour lui faire découvrir un autre univers, le faire réfléchir. Je crois qu’en fait ils se font du bien mutuellement lui et Charlie.

   Ce roman c’est un peu l’image de la jeunesse des années 1990 que nous offre l’auteur à travers ce roman. D’ailleurs ça m’a fais sourire de les voir utiliser des cassette audio. Un autre truc que j’ai adoré c’est l’univers musical et des livres que j’adore. J’ai d’ailleurs écouter toute la playlist de Charlie pendant ma lecture. Ça donne l’ambiance que voulais l’auteur et ça ajoute plus d’impact au mots je trouve. L’auteur a vraiment voulu qu’on suive ce livre comme ça avec la musique de l’époque. Et puis j’ai aimé aussi la liste à la fin de tous les livres que Bill à fait lire à Charlie. J’en ai lu certains et d’autres ont été rajouté sur ma wish-list.

   J’allais oublié un truc important: ce roman est sous forme épistolaire. Je ne m’y attendais pas du tout, mais moi qui adore j’étais plus que ravie. En fait on ne sais jamais à qui Charlie adresse ces lettres et je crois qu’on s’en fiche au final. L’avantage de ce genre c’est qu’on a la pensée profonde de Charlie. On le vois triste et peureux au début de l’année puis devenir heureux. On a l’évolution au fil des lettres. Mais on découvre aussi qu’il y a quelque chose qui cloche sans qu’on ne sache quoi avant la fin du roman. D’ailleurs je dis bravo à l’auteur pour son écriture. Il dépeint avec justesse les sentiments et bouleversements de Charlie mais aussi de ses amis. Tout le monde peut s’y retrouver. Surtout dans les moments triste il arrive toujours à dire les mots sans les dire vraiment. Là je parle pour la fin, pour ceux qui l’on lu. On comprend tout sans avoir à prononcer les mots difficiles. C’est vraiment une écriture particulière mais dans le très bon sens. J’ai a-do-ré tout simplement. Le mot qui convient le plus c’est vraiment justesse tout du long.

Ce roman a été un coup de coeur formidable et je vous conseille de lui laisser une chance de vous emporter par la justesse de sa plume et la beauté de son histoire.

Ah oui il y a aussi une adaptation cinématographique que j’ai vu et beaucoup apprécié. En même temps c’est l’auteur lui-même qui l’a réalisé. Filmé l’intériorité qu’offre le côté épistolaire était difficile donc l’auteur et réalisateur a choisi un autre biais qui est tout aussi intéressant. Le casting est soigné. La BO est toujours aussi importante à l’ambiance. Bref regardez-le aussi !

Avez-vous lu ce livre ? Avez-vous succombez comme moi ou pas du tout ? Est-ce que certains on aussi vu le film ? Qu’en avez-vous pensé ? 

Coup de coeur·Fantasy·Jeunesse

Six of crows de Leigh Bardugo

six of crows

——————————

Auteur : Leigh Bardurgo

Edition : Milan

Parution : mai 2016 et 2017

Prix : 17,90€ et 18,90€

——————————

Résumé : À Ketterdam, la mafia s’organise en gangs rivaux. L’homme le plus important de la pègre est Pekka Rollins ; le plus ambitieux, le jeune Kaz Bekker, dit « les Mains sales « . Aussi brillant qu’exaspérant, Kaz, second du gang des Corbeaux, ne refuse aucun coup pour peu qu’il en tire argent et panache. Sa réputation de voleur lui vaut d’emporter un marché qui le rendra riche : il doit enlever un homme retenu dans un lieu imprenable, la forteresse des Glaces, place forte des redoutables soldats-prêtres druskelles.

Kaz décide donc de réunir une équipe aux talents exceptionnels :
– Inej, espionne hors pair alias le Spectre,
– Matthias, soldat druskelle dévoré par sa haine des Grishas,
– Nina, ancienne guerrière de l’armée grisha,
– Wylan, escamoteur débutant, fugueur et otage volontaire,
– Jesper, tireur d’élite qui parierait sa vie pour le goût du jeu.

Mon avis : J’ai fini cette duologie il y a a peine deux jours et franchement autant le tome un que le tome deux sont d’immenses COUP DE COEUR ! Je vais avoir du mal à ne pas trop en dire mais je vais essayer. Je voudrais pas vous spoiler cette merveilleuse saga. En tout cas, moi qui adore la fantasy, je peux vous dire que ça fait plaisir d’avoir une série en jeunesse et de fantasy qui soit aussi complète, aussi fouillée et aussi travaillée.

L’un des gros points forts (et il y en a plusieurs ^^) de ce diptyque concerne le monde dans lequel se base cette histoire et plus particulièrement Ketterdam et le Palais des glaces. Ketterdam notamment c’est la ville où se passe la plupart des évènements et c’est un vrai personnage à part entière. L’auteure a su donner une âme à ce lieu. Tout est ultra précis, bien décrit sans en faire trop mais de manière à ce que nous puissions totalement nous immerger dans ce lieu. Son fonctionnement aussi, avec le commerce, quelqu’il soit, au coeur de toute vie sociale, est très précis. Chaque classe nous est décrite pour comprendre le lien entre les bas-fonds d’où viennent nos héros et les classes supérieures des Mercuriens par exemple. Bref tout ça pour vous faire prendre conscience du boulot de dingue qu’a fait Leigh Bardugo pour nous créer une société réaliste avec ses codes, ses classes mais aussi nous la faire voir. De nombreuses références aux canaux de la ville, au commerce comme fondement de la société, tout ça m’a énormément fait penser à la ville d’Amsterdam au 16ème-17ème siècle. Et ce n’est pas fortuit je pense.

Autre point maitrisé avec maestria c’est l’intrigue. Pour moi un bon roman doit avoir une bonne intrigue mais là, une intrigue de ce niveau c’est chouette, très très chouette à lire. En fait l’auteure sait nous donner quelques pistes pile poil quand il le faut. Elle sait doser son suspense. Et surtout elle maitrise avec brio l’art des retournements de situations (et là je parle surtout pour le second tome et cette fin qui m’a totalement retournée dans tous les sens). Kaz le chef de cette équipe, est véritablement un as pour monter des plans et avoir toujours deux ou trois coups d’avance. J’ai déjà lu des livres avec de tels personnages mais trop souvent leurs plans B ou C ne sont pas exploités car en fait l’auteur n’y avait pas pensé. Or Leigh Bardugo les exploite à foison et du coup on prend vraiment la pleine mesure des talents de stratèges de Kaz. Même sur nous il a toujours des coups d’avance et on tombe systématiquement dans le piège. Dans le premier tome l’auteure maitrise plutôt son sens du rythme je dirais. Un peu à la Gabriel Katz et je vous le dis c’est aussi génial. En bref, une maitrise de dingue pour une intrigue qui n’a pas fini de vous faire stresser et ouvrir grand les yeux en se disant « Whaou !! C’est pas possible ».

Enfin, dernier point positif et qui a fait que j’ai eu mal en refermant mon livre : les personnages. On ne veut pas les quitter une fois acclimater à eux. Leigh Bardugo nous offre six personnages tellement différents les uns des autres, des anti-héros atypiques. Ils viennent tous des bas-fonds où du moins y vivent depuis plusieurs années. En réalité, tous on un passé assez lourd et cela en fait justement des anti-héros, des gangsters attirés par l’argent. Et si leur motivations sont assez troubles au départ. Petit à petit on fini par les découvrir et là impossible de ne pas les aimer. Et puis l’auteure y a mis tellement de nuances qu’on a l’impression de les avoir en face de nous, en chaire et en os.Ce que j’ai particulièrement aimé, en plus d’être de « vrais » personnages fouillés c’est qu’ils ne s’apprécient pas tous de suite et pour des raisons pas du tout égoïstes. Ainsi Nina est une grisha et elle doit cohabiter avec Matthias un druskelle tueur de grisha. Leurs deux peuples se haïssent et se tuent les uns les autres. Tous les six sont comme ça, venant d’endroits différents avec des mentalités, des divinités diverses et pourtant ils doivent apprendre à lutter ensemble, à s’ouvrir aux autres pour survivre ensemble. C’est un super message de tolérance et d’ouverture d’esprit que j’ai aimé. De même, l’auteure n’a pas peur de faire des héros vraiment écorchés. Sans tomber dans le pathos non plus. Kaz est l’exemple type. Il est assoiffé de vengeance, peu être cruel et même temps il n’est pas que ça. Chacun des six héros est ni tout noir ni tout blanc.

Au final, je crois bien que cette série sera l’une des plus incroyables que j’ai lu ces dernières années en fantasy jeunesse et je ne peux que vous inciter à foncer.

Avez-vous déjà lu cette série ? Si oui qu’est-ce que vous en avez pensé ? Avez-vous un petit chouchou parmi tous ces personnages ? Et si vous n’avez jamais lu cette duologie est-ce que j’ai réussi à vous convaincre de rejoindre Kaz et tous les autres ^^ ? 

Classique·Littérature française

L’amant de Marguerite Duras

l'amant

———————————

Auteure : Marguerite Duras

Edition : Les éditions de Minuit

Parution : Septembre 1984

Prix : 12€

———————————

Résumé : Roman autobiographique mis en image par Jean-Jacques Annaud, L’amant est l’un des récits d’initiation amoureuse parmi les plus troublants qui soit. Dans une langue pure comme son sourire de jeune fille, Marguerite Duras confie sa rencontre et sa relation avec un rentier chinois de Saigon. Dans l’Indochine coloniale de l’entre deux-guerres, la relation amoureuse entre cette jeune bachelière et cet homme déjà mûr est sublimée par un environnement extraordinaire. Dès leur rencontre sur le bac qui traverse le Mékong, on ressent l’attirance physique et la relation passionnée qui s’ensuivra, à la fois rapide comme le mouvement permanent propre au sud de l’Asie et lente comme les eaux d’un fleuve de désir. Histoire d’amour aussi improbable que magnifique, L’amant est une peinture des sentiments amoureux, ces pages sont remplies d’un amour pur et entier. Ce roman vaudra un succès conséquent à Marguerite Duras.

Mon avis : Depuis quelques temps j’essaie de lire un peu plus de classique de la littérature française ou étrangère. Et cet été c’était le tour de Marguerite Duras, que je ne connaissais que de nom, avec l’amant. Je ressors plutôt satisfaite de ma lecture.

Le coeur de ce roman c’est bien sûr la relation entre Marguerite et cet « homme de Cholen », ce chinois qu’elle rencontra sur le fleuve dans les années 20. Une vraie passion nait entre eux deux. Cet homme initiera la jeune femme à l’amour comme à la sensualité et à la sexualité. Et même si la relation est tarifée ce n’est jamais glauque. Cette relation est à l’image de la société française vivant dans l’Indochine de l’époque. Marguerite devra d’ailleurs faire face aux critiques, aux jugements. Elle est sa famille sont en quelque sorte mis au ban de la société. Mais qu’importe Marguerite tient à cet « homme de Cholen » surement bien plus qu’elle ne le pense au début du roman.

Il y a aussi une autre histoire dans ce roman, celle de Marguerite et de sa famille. Le moins que l’on puisse dire c’est que sa mère tient une place centrale. Elle est veuve et élève ses deux fils ainés ainsi que Marguerite. L’aîné qu’elle vénère, est en fait un homme violent et surtout dilapidant la fortune familiale. Le second fils lui est l’inverse total effacé et bon. Quant à Marguerite elle est très mûre pour son âge et observe avec un regard quasi chirurgical tous les liens entre les membres de sa famille. Et si la mère est celle qui aime ses enfants elle est aussi celle qui encourage les hommes à regarder sa fille et qui accepte que Marguerite se fasse payer pour sa relation amoureuse avec son chinois. La force de Duras c’est de nous offrir un portait brut, parfois dur et en même temps je ne l’ai pas ressenti comme un vrai jugement manichéen. Tout est dans la nuance.

Le seul petit bémol et qui n’est pas non plus un gros défaut tient à la manière dont l’auteure à agencer son texte. Les aller-retours incessants sont très peu indiqués, les changements de protagonistes là aussi sont peu indiqués et tout ça a fait que c’était parfois dur à suivre. C’est beau dans la simplicité de son style et c’est dommage que la construction ne soit pas aussi limpide.

L’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ? Avez-vous lu d’autres romans de Marguerite Duras ? L’amant vous tente t-il ?