Fantasy

Le fer au coeur, Johan Héliot

Le-fer-au-coeur

Auteur : Johan Héliot

Edition : Gulf stream

Parution : 2017

Prix : 17€

Résumé : La jeune Maïan, envoyée dans les entrailles nauséabondes de la Ville-Basse pour avoir bravé le regard d’un défenseur de la Vertu, se lie avec un autre condamné, Leonardo, et deux habitants de la ville souterraine, Volco et Lanaé. Le groupe des quatre, épris de justice, tente de survive parmi les âmes corrompues à force d’être opprimées.

Mon avis : Si je dois être honnête alors j’avouerais que ce livre m’a d’abord tapé dans l’oeil grâce à sa splendide couverture. Gulf stream fait toujours de superbes couvertures. Et surtout belles mais totalement raccord avec le texte. C’est encore une fois le cas. Ensuite, le résumé m’a titillé et je suis très très heureuse d’avoir pu découvrir ce texte.

Nous suivons en parallèle deux destins qui vont un jour basculer et cette chute qui aurait pu être la fin pour eux, va au contraire être l’occasion pour chacun de se révéler, de donner vie à leur envie de se révolter, de faire bouger les choses.

Le monde dans lequel se passe l’intrigue est criant de réalisme. Il y a une ville-haute où les prévôts règnent en maitre. Ils représentent le Dieu de ce peuple et ont tous pouvoir et quand je dis tous pouvoirs, c’est vraiment tous pouvoir. Les premières pages à ce niveau-là sont bien là pour nous le faire comprendre de manière brutale. Ce prévôts symbolisent l’obscurantisme, le fanatisme. Avec eux les femmes sont des moins que rien contrainte de se cacher quasiment partout. Avec eux, le culture elle-même a disparu. Plus personne ne sait lire, ne connait son histoire, sa culture… La ville du bas, elle c’est là où sont envoyés tous les opposants quelqu’ils soient. C’est un endroit qui ne voit pas le soleil, où la pauvreté, l’insalubrité règne en maître.

L’auteur par ce roman nous permet de nous poser de très bonnes questions, au vu de notre époque et ce qui s’y passe, sur la liberté dans son degré le plus simple : s’habiller comme on l’entend, liberté d’aller et venir sans règles, liberté de lire ce que l’on veut, de développer sa curiosité et les savoirs sans être en danger pour cela. La liberté est bafouée dans la ville du haut et nos deux héros Maïan et Léonardo vont, un peu malgré eux, être très vite au coeur d’une rébellion qui couvait depuis des siècles.

Les personnages plus que des personnes que l’on se met à adorer et qui nous touchent sont ici plutôt vu comme des symboles notamment Maïan. Je n’aime pas trop cela d’habitude. Mais là est le tour de force, l’auteur à totalement réussi à m’intéresser à eux malgré tout. Et justement en devenant des symboles, tout ce pour quoi ils luttent prend d’un seul coup plus d’ampleur.

Et j’en viens justement à la plume de Johan Héliot qui est incroyable. Ce roman est d’une richesse dans les thèmes aborder, dans leur manière d’être amener et décrits qui est incroyable. L’écriture est sobre et dans le même coup incisive, tranchante. C’est brute comme l’est la vérité en temps d’obscurantisme. de ce fait sa plume colle totalement à l’histoire développer.

Au final j’ai eu un coup de coeur pour ce texte, magnifique par sa plume, par sa construction, par la force qu’il dégage et ce qu’il sous-entend. Je note également certaines scènes vraiment dures à lire, mais qui sont toujours là pour une raison valables. En bref, à lire dès 14-15 ans et à méditer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s