Littérature française·Non classé

Le bureau des jardins et des étangs, Didier Decoin

bureau jardin étang

Auteur : Didier Decoin

Edition : Stock

Parution : 2017

Prix : 20,50€

Résumé : Empire du Japon, époque Heian, XIIe siècle. Être le meilleur pêcheur de carpes, fournisseur des étangs sacrés de la cité impériale, n’empêche pas Katsuro de se noyer. C’est alors à sa jeune veuve, Miyuki, de le remplacer pour porter jusqu’à la capitale les carpes arrachées aux remous de la rivière Kusagawa.
Chaussée de sandales de paille, courbée sous la palanche à laquelle sont suspendus ses viviers à poissons, riche seulement de quelques poignées de riz, Miyuki entreprend un périple de plusieurs centaines de kilomètres à travers forêts et montagnes, passant de temple en maison de rendez-vous, affrontant les orages et les séismes, les attaques de brigands et les trahisons de ses compagnons de route, la cruauté des maquerelles et la fureur des kappa, monstres aquatiques qui jaillissent de l’eau pour dévorer les entrailles des voyageurs. Mais la mémoire des heures éblouissantes vécues avec l’homme qu’elle a tant aimé, et dont elle est certaine qu’il chemine à ses côtés, donnera à Miyuki le pouvoir de surmonter les tribulations les plus insolites, et de rendre tout son prestige au vieux maître du Bureau des Jardins et des Étangs.

Mon avis : Ce livre fait partie des derniers coups de coeurs de mes collègues à la librairie. M’étant dit que ce serait bien que je lise un peu plus de livres autre que de la jeunesse je l’ai emprunté. Mais voilà, j’ai bien aimé mais sans plus. Je ne regrette absolument pas ma lecture loin de là sauf qu’il y a eu des bémols.

Le cadre de l’histoire est selon moi un très gros point positif au livre. Je ne lis que rarement de livre japonais ou se passant au Japon. Et là en plus c’est le Japon médiéval qui m’intrigue depuis quelque temps. J’étais donc très heureuse de pouvoir découvrir la vie de cette époque. Et c’est tellement bien documenté que j’ai vraiment eu l’impression d’y être. On suit une jeune femme issue d’un petit village de pêcheur on a donc le portait de la ruralité dans ce qu’elle a de plus simple. L’auteur décrit les petites maisons, leurs croyances, la hiérarchie au sein de la communauté, la manière dont on procède pour se marier et quantité d’autres choses. Mais on a aussi le portait de la cours en parallèle (grâce à plusieurs point de vue). Là c’est un autre monde ultra-réglé mais fastueux. C’est tout simplement passionnant qu’on aime ou non le Japon.

La constrution du récit fait à la fois partie de mes points positifs et négatifs. Celle-ci est assez linéaire dans l’avancée de Miyuki. On la suit pas à pas, jour après jours. Cependant il y a de nombreux flash-back ou elle se rappelle son mari et sa vie d’avant. Ils sont utiles car nous permette de découvrir l’héroïne. Sauf que dans la première moitié du livre j’ai trouvé qu’il y avait un gros décalage entre les scènes au présent et celles du passé. Ces dernières étaient beaucoup trop nombreuses et m’ont parfois vraiment noyées, ennuyées et perdues. Cette première moitié m’a bien pris trois jours de lecture alors qu’en une après-midi j’ai fini l’autre moitié. Je n’avais tout simplement plus envie de lire car c’était trop fouillis pour moi. Cependant, le tout s’est équilibré dans la seconde moitié. Et là j’ai vraiment aimé car c’était devenu fluide et j’ai enfin pris conscience de la beauté de ce que je lisais.

En effet, ce texte est, par plusieurs aspects d’une beauté et d’une finesse rare. La plume en elle-même, la manière dont son raconté les choses est stupéfiante. J’y ai appris des mots déjà (ce n’est pas pour autant un ouvrage dur à lire ou prétentieux, pas du tout). Mais c’est délicat, presque onirique. Les mots coule tout seul. Et cela s’accorde totalement avec l’univers de l’eau, des carpes et de la pêche. Ca rend donc le texte encore plus fort. Et puis il y a la délicatesse des portraits qui sont fait. Miyuki est une femme simple mais en même temps incroyablement forte et qui ira jusqu’au bout de sa mission pour l’honneur de son mari et son village. J’avoue qu’après la littérature jeunesse et parfois ses héros caricaturaux c’était incroyable à lire.

J’ai donc un bon avis sur ce livre. Mais il était un peu trop déséquilibré pour moi à certains moments et a viré à l’ennuie parfois. Heureusement que l’auteur s’est rattrapé. Après ce n’est que mon avis. Mes collègues l’ont bien plus apprécié que moi. Et dans l’ensembles les avis que j’ai vu dessus sont bons. A vous de voir si vous vous laisserez tenter.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s