Littérature française

Trente-six chandelles de Marie-Sabine Roger

trente-six

Auteur : Marie-Sabine Roger

Edition : Le Rouergue

Parution : 2014

Prix : 20€

Résumé : Allongé dans son lit en costume de deuil, ce 15 février, à l’heure de son anniversaire, Mortimer Decime attend sagement la mort car, depuis son arrière-grand-père, tous les hommes de sa famille sont décédés à onze heures du matin, le jour de leurs 36 ans.
La poisse serait-elle héréditaire, comme les oreilles décollées ? Y a-t-il un gène de la scoumoune ? Un chromosome du manque de pot ? Que faire de sa vie, quand le chemin semble tout tracé à cause d’une malédiction familiale ?

Mon avis : J’ai choisi ce livre pour un dossier en BP librairie qui concerne la maison d’édition et plus particulièrement « la brune », la collection de littérature francophone du Rouergue. Le résumé me tentait trop. Cette histoire de malédiction et puis l’idée que rien ne va se passer comme l’attendais le héros. C’était un résumé totalement décalé et drôle quitte faisait énormément envie.

Oui, mais voilà je suis allée de déconvenue en déconvenue. Il n’y a que la seconde moitié qui m’a un peu plu. Sur un court roman plus de 100 pages pendant lesquelles je m’ennuie à un point abyssale c’est vraiment dommage.

Je m’attendais à adorer l’histoire qui oscillerais entre humour noir et vraie tendresse sauf que ce n’était pas ça du tout, mais alors pas du tout. Il y a un côté incisif et mordant sauf que c’est dans l’exagération et la surenchère ce qui m’a un peu fait rire au tout début mais vite lassée puis énervée tout simplement. Et puis un peu de langage familier dans les dialogues ça ne me gêne pas si c’est bien intégré. Mais là même dans les pensées du héros (ce qui intervient très souvent) ça devient juste vulgaire et lourd. En fait tout est lourd dans le style de l’auteure.

Pourtant il y avait du potentiel. Les personnages sont tous un peu barrés et attachants. Puis les situations concernant les ancêtres de Mortimer m’ont interessées de même que la rencontre du héros avec Jasmine ou l’histoire de Nassardine et Paquita. C’est simple mais le côté loufoque nous donnes le sourire. Sauf que voilà c’est parfois trop englués dans une manière de le dire qui ne m’a pas plu.

Dans la seconde partie du texte on sent une évolution du texte comme l’évolution du personnage de Mortimer. Hélas c’était pas folichon non plus.

En bref c’est un livre en vrai demi-teinte. Pas une totale déception parce que j’ai trouvais que la seconde moitié n’était pas désagréable. Mais je me dis que c’est dommage avec autant de potentiel. Pour un premier livre lu au Rouergue c’est pas une réussite. Mais je persévèrerais. D’autant que certains livres en jeunesse m’attire beaucoup comme les autodafeurs.

Stéphanie

Publicités

3 réflexions au sujet de « Trente-six chandelles de Marie-Sabine Roger »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s