Historique

Les rois maudits : le roi de fer de Maurice Druon

les-rois-maudits

Auteur : Maurice Druon

Edition : Le livre de poche

Parution : 1973

Prix :  6,60€

Résumé : « Tous maudits, jusqu’à la treizième génération !  » : telle est la funeste malédiction que le chef des templiers, depuis les flammes du bûcher, lance au visage de Philippe le Bel, roi de France. Nous sommes en 1314 et la prophétie va se réaliser: pendant plus d’un demi-siècle, les rois se succèdent sur le trône de France, mais n’y restent jamais bien longtemps. D’intrigues de palais en morts subites, de révolutions dynastiques en guerres meurtrières, c’est la valse des rois maudits… L’avenir de la France se joue pendant ces quelques années noires, période trouble de l’Histoire. Une époque extraordinaire, jamais ennuyeuse, comme romanesque… L’auteur l’a bien compris, lui qui conte les histoires secrètes du royaume et des hommes, de leurs passions comme de leurs faiblesses qui bien souvent bouleversèrent le sort de la France.

Mon avis : J’ai lu ce livre dans le cadre du club de lecture de la librairie alivr’ouvert dont le thème était rois et reines. J’avoue que cela faisait depuis mon entrée en apprentissage à ma librairie que j’avais envie de lire cette série sans que j’ai jamais franchi le pas. Du coup ce club de lecture était l’occasion rêvée.

Nous allons donc à travers plusieurs points de vue, découvrir l’histoire de France au tout début du quatorzième siècle. C’est passionnant et surtout hyper bien documenté. On se sent au moyen-âge. La plume de l’auteur par exemple essaye de rendre le phrasé de l’époque. C’est d’autant plus immersif ! Et cependant c’est d’une fluidité et vraiment simple à lire.

Et au niveau des recherches historiques il n’y a rien à y redire. C’est un roman c’est certain. Mais la majorité des protagonistes de l’intrigue ont réellement existés. Ce qui leur arrive n’est pas fictif. Maurice Druon ne fait que leur donné la parole. Et il le fait bien. Et puis le cadre de vie, les habitudes, les lieux tout cela aussi est vrai. On a donc sous les yeux la vie de différents rangs de personnes au Moyen-âge : des nobles, le roi en tête, à la toute petite noblesse terrienne ou aux banquiers italiens, riches mais mal considéré car « étrangers ». Avec ce livre on est très loin de la version idéalisé du Moyen-âge que certains donne à voir dans les films notamment.

C’était une époque passionnante mais qui subissait des tas de guerres et autres luttes intestines au sein des sphères supérieures par exemple. En ce sens, c’est un peu comme games of thrones mais vrai. D’ailleurs pour ceux qui ne le savent pas cette saga est une des références de G. R. R. Martin. Il s’en est inspiré pour l’aspect politique. Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il y avait matière pour ça. On découvre à la fois le lien étroit entre le trône anglais et français (liens qui seront entre autres à l’origine de la guerre de cent ans). On découvre aussi l’origine de la chute des templiers. Et bien sûr il y a les luttes des différentes branches de la noblesse pour plus de charges,de titres et de terres.

En bref nous avons une série addictive, ultra documentée mais qui n’assomme pas son lecteur (en plus ils sont tous très courts comme romans) et une plume originale. Je vous les recommande pour en découvrir plus sur le moyen-âge en France.

Stéphanie

Fantastique·Jeunesse

Caraval de Stephanie Gerber

caraval

Auteur : Stéphanie Garber

Edition : Bayard

Parution : 2017 (le 8 février, patience)

Prix :  17,90€

Résumé : Bienvenue à Caraval!
Le spectacle le plus extraordinaire de tous les temps! Vous y verrez plus de merveilles que le commun des mortels au cours de toute une vie. Mais avant que vous vous plongiez dans notre univers, gardez à l’esprit qu’il s’agit d’un jeu…
Nous tenterons de vous convaincre que ce qui se passe au-delà de ce portail est réel, mais ce n’est qu’illusions.
Alors prenez garde à ne pas vous laisser trop emporter. Car les rêves qui se réalisent peuvent être magnifiques, mais ils peuvent aussi se transformer en cauchemars si l’on ne se réveille pas…

Mon avis : Il y a des fois (en fait très souvent ^^) où je suis contente d’être libraire pour tomber sur des pépites comme celle-ci. Sérieusement je crois n’avoir que rarement lu de livre aussi étrange et dans le bon sens.

Au départ nous suivons Scarlett et sa jeune soeur qui vivent sur une île dont leur père est le dirigeant et également l’homme qui les terrorise et les bats. Alors depuis leurs plus tendre enfance les deux soeurs rêvent de Caraval, cette île sorte de jeu, cirque et spectacle immersif, pour rêver loin de leur quotidien. Mais voilà qu’un jour elles s’y retrouve et en tant qu’invité d’honneur du maitre de Caraval : Légende. Qui est-il ? Que veut-il aux deux filles ? Quel est son lien avec leur famille ? Tant de questions qui vont parcourir le texte et tout comme un roman policier nous amener à nous questionner sans cesse et échafauder des tas de scénarios possibles.

Mais outre ces questions il y a le jeu en lui-même qui apporte un rythme de dingue dans l’histoire. Ici tout est fait pour nous embrouiller les sens et l’on sent très bien que Scarlett est constamment déstabilisée, apeurée, même si elle décide vite de passer outre et d’avancer (ce que j’ai apprécié). Par exemple, tout se passe de nuit. Le temps s’accélère parfois et ralentit d’autres fois, certains lieux accentuent nos émotions et s’adaptent à eux notamment à la peur. L’auteure fourmille d’idées et les intègre de manière cohérente à son récit. Caraval est une sorte de jeu et chaque participant se voit attribuer un indice pour avancer réclamer un souhait s’il finit gagnant. En plus des questions sur Légende, le jeu sous formes d’énigme est le moteur qui fait avancer l’intrigue. C’est en cherchant la réponse que Scarlett visite l’île nous entraîne dans une chasse au trésor incroyable.

Scarlett, d’ailleurs est une héroïne que j’ai beaucoup apprécié. Elle est très vite perdu et ne sais pas qui croire. Surtout que le modèle paternel ne lui a pas donné une très belle image du monde qui l’entoure. Elle a tellement peur de vivre sous sa coupe indéfiniment qu’elle espère et attend son mariage arrangé avec impatience. Sauf que Caraval va lui faire voir la vie autrement. Le jeu et tout ce qu’elle va vivre va lui apprendre à se connaître mieux, à profiter de la vie sans toujours vivre dans la peur.

Quant à Caraval c’est un monde de dingue. C’est surement ce qui m’a le plus marqué. J’avais l’impression d’être vraiment à Venise avec ses canaux, mais un Venise croisé avec Disneyland pour l’impression qui s’en dégage que tout n’est qu’un jeu, un faux-semblant. C’est par l’ambiance onirique à souhait que parvient à décrire l’auteure que Caraval semble aussi être quasiment une entité. C’est fantasmagorique jusqu’au bout et j’ai adoré me perdre avec Scarlett entre rêve et réalité.

Ce fut donc un énorme coup de coeur et une découverte géniallissime que je vous conseille vivement de lire lorsqu’il sortira. Plus qu’une semaine à attendre.

Stéphanie

Jeunesse

Méto tome 1 : la maison d’Yves Grevet

meto

Auteur : Yves Grevet

Edition : Syros et PKJ (poche)

Parution : 2008

Prix :  16,60€ ou 6,60€ 

Résumé : Soixante-quatre enfants vivent coupés du monde, dans une grande maison. Chacun d’eux sait qu’il devra en partir lorsqu’il aura trop grandi. Mais qu’y a-t-il après la Maison ?…

Mon avis : Je remercie énormément Alexandra du blog : comme par enchantements, qui m’a offert ce livre pour Noël et dédicacé qui plus est ! J’avais très envie de découvrir la plume de l’auteur et je peux d’ors et déjà vous dire qu’Alexandra a très bien choisi avec Meto.

Nous suivons donc l’histoire des ces 64 enfants enfermés depuis leur enfance dans une maison aux règles très stricts qui sont quasiment impossible d’enfreindre sans en subir des conséquences horribles. Le tableau est planté. L’ambiance est pesante et intrigue dès les premières pages. Nous suivons tout du point de vue interne de Meto, un des grands de la maison. Il sait qu’il va bientôt « craqué », autrement dit grandir. Et qu’il lui reste peu de temps à vivre à la maison, ce qui l’angoisse car personne ne sait ce qui se passe « après ». Ce point de vue est très pertinent. En effet, lui connait les codes, nous non, et au départ nous sommes donc totalement déroutés par le conditionnement de ces enfants. heureusement ça ne dure pas, puisque Meto est très vite chargé d’être le mentor d’un « bleu » autrement dit un nouvel enfant et lui apprendre les règles de la maison.

Je disais donc, qu’il y’a un suspense de fou dans ce livre. Quoique en fait il s’agit même plutôt d’une ambiance quasiment palpable par l’écriture d’Yves Grevet. On sent la tension qui monte, la peur de savoir ce qu’il advient d’eux une fois qu’ils ont grandit. Lorsque l’histoire prend un nouveau tournant dont je ne peux pas parler sans spoiler, l’ambiance devient encore plus dense et angoissante. On se met a guetté et surveiller tout le monde comme Meto. Et la fin ! Incroyable. Le rythme se précipite d’un coup pour notre plus grand plaisir.

Ce récit est aussi l’occasion de réfléchir sur la manipulation par la peur, comment cela se met en place et les difficultés d’ouvrir les yeux sur sa situation lorsqu’on est en plein dedans. Ce roman est comme un microcosme qui nous montre quelques travers de nos sociétés actuelles. Bien sûr ce côté-là n’empêche nullement le livre d’être un très bon divertissement, bien écrit et bien pensé. Bref je le recommandes à tous !

Stéphanie

Jeunesse·Science-fiction

Marquer les ombres de Veronica Roth

marquer-les-ombres

Auteur : Veronica Roth

Edition : Nathan

Parution : 2017

Prix : 17,95€

Résumé : Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.
Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.

Mon avis : Je dois dire que si j’ai lu cette série c’est avant tout parce que ma collègue l’avait commandé en grande quantité, que je savais qu’on allait me demander mon avis et qu’il fallait donc que je le lise. Et puis mon souvenir très négatif de divergent, dont je n’ai lu que le premier d’ailleurs, n’était pas super encourageant. Cependant, le résumé m’intriguait pas mal. Il est un peu cliché bien sûr avec les deux ado enfants de pays qui se détestent et qui doivent s’unir malgré tout. Cela sonne cliché mais heureusement ce n’est pas tant le cas que ça ! Bien sûr ils restent deux ado ennemis avec tout ce que ça implique, mais l’auteure arrive à aller au-delà ! A dépasser les clichés de base. Et elle nous offre un super moment de lecture.

Déjà, j’ai adoré le monde dans lequel nous évoluons. Tout se passe dans une galaxie, un peu à la star wars, avec plusieurs planètes, plus ou moins liées par une même politique. Même si nous ne découvrons pas encore très bien l’histoire de cette alliance multi-planète (j’espère dans le second tome), ici tout est concentré sur la planète où vivent Cyra et Akos. Nous y découvrons une guerre qui divise depuis plusieurs générations les deux peuples qui y vivent. Et ce que j’ai aimé c’est que nous avons les deux points de vue grâce aux héros. Et l’auteure ne prend pas partie. Elle ne nous dit pas untel est l’envahisseur, c’est lui le méchant. Non, c’est beaucoup plus nuancé, comme dans la réalité. D’ailleurs même le tyran de la nation des Shotet n’est pas un personnage mauvais, pour être mauvais. Il n’est jamais caricatural. De même, Veronica Roth a vraiment pensé son monde : les descriptions des lieux d’habitats, des coutumes, des oracles et leurs fonctionnements (très très importants à l’intrigue) tout est minutieux. De fait, cette SF semble à la fois dépaysante mais sans jamais devenir illisible.

L’autre gros point positif concerne les personnages. Nous suivons l’intrigue à travers les yeux, tout à tour de Cyra et d’Ados. Et chacun a une manière de penser, un vocabulaire qui lui est propre. Bref, l’écriture s’adapte et c’est fantastique à suivre. A propos de Cyra et d’Ados, justement je n’ai que des éloge à faire. Chacun d’eux doit lutter contre son destin ou contre son don. Eux, pourtant ennemis finissent pas être beaucoup plus proche que ce à quoi ils s’attendaient. Et ce n’est pas cliché pour le coup. Ils s’apprivoisent petit à petit et évoluent grandement pendant tout le livre. Quant à tous les personnages secondaires. Ils sont tout autant intéressant même s’ils sont moins profonds. Je retiens particulièrement le frère de Cyra. Il est incroyable et sans lui l’intrigue serait beaucoup plus pauvre.

Quant au rythme, je n’ai rien à y redire. La première partie prend le temps de poser la mythologie de marquer les ombres, de nous présenter les personnages sans que cela soit mou. Ensuite, c’est captivant. Je me demandais constamment comment nos deux héros allaient pouvoir se sortir du guêpier dans lequel ils étaient tombés et la fin ! Quelle fin. Maintenant j’attends avec impatience la suite.

Au final, comme vous avez pu le constater, j’ai énormément apprécié ma lecture. veronica Roth nous offre cette fois-ci un récit mature, bien plus cohérent, aux personnages complexes. Que demander de plus ?

Stéphanie

Littérature étrangère·Natural writing

Butcher’s Crossing de John Williams

butcher-crossing

Auteur : John Williams

Edition : Piranha édition

Parution : 2016 (pour la version française)

Prix : 19€

Résumé : Années 1870. Will, étudiant à Harvard, tente l’aventure de l’Ouest sauvage pour donner un sens à sa vie. Parvenu à Butcher’s Crossing, minable ville du Kansas, il se lie d’amitié avec un chasseur qui sait où se trouve un des derniers troupeaux de bisons. Le paradis est au rendez-vous mais, tout à leur massacre du troupeau, les deux hommes se font piéger par l’hiver.

Mon avis : J’ai découvert ce roman sous l’impulsion de ma collègue à la librairie. Ca avait été un coup de coeur pour elle. J’avoue que j’étais très intriguée à l’idée de voir s’il me plairait autant et aussi par cet aspect nature, grande épopée en terre sauvage. Et bien je pourrais lui dire merci ! C’est un coup de coeur pour moi également.

Alors ce roman c’est le souffle épique que j’aime en fantasy mais dans une histoire qui pourrait tôt à fait être vraie. On est totalement emporté par la dureté du voyage d’abord, par la chasse en elle-même, qui m’a répugnait mais qui m’a aussi permis de découvrir comment cela se passait. Rien n’est épargner de la vie à la dure que menait ses hommes sorte de trappeurs des grandes plaines. La poésie de la plume s’accorde avec la beauté des lieux. Et en même temps elle parvient à se faire violente et à nous questionner sur notre besoin d’aller voir ailleurs, de s’échapper, de se rapprocher de nos racines « sauvages ». John Williams nous emporte avec lui et c’est fantastique.

Butcher’s Crossing, outre une chasse c’est histoire d’homme, de quatre pour être exacte. Leur vie durant presque 8 mois est le coeur du roman. Bien plus que la chasse. C’est l’évolution des comportements de ces hommes que nous voyons, projeter au coeur de la vie sauvage des Etats-Unis, à une époque où être pris par l’hiver signifiait la mort quasi inéluctable car aucun il n’y avait moyen de prévenir le secours. La vie s’organise et débute l’attente… L’attente du retour du printemps. C’est alors le repli sur soi des personnages. C’est aussi et surtout l’occasion pour Will, le narrateur, de réfléchir sur lui, qui il est, ce qu’il veut et pourquoi a-t-il chercher à fuir jusqu’ici. J’ai trouvais que tout était fluide, immersif et vrai. Un bonheur à lire.

Au final je m’arrêterais là, même s’il y a plein d’autres choses à dire, mais je tiens à ménager le suspense. En tout cas, voici mon premier livre vraiment marquant de 2017. L’année commence bien 🙂 Et je vous en conjure, lisez ce roman ! Ne passez pas à côté, il en vaut le coup.

Stéphanie

Non classé

Bilan de mon année livresque 2016

Bonne année 2017 à tous !! Quelle soit belle et douce.

Cette année 2016 a été une excellente année d’un point de vue littéraire (mais pas que). Je vais donc faire en quelque sorte un petit retour en arrière. De plus, mon blog étant tout récent, ça vous permettra de découvrir certaines lectures phares de mon année 2016.

Top 3 des romans contemporains (souvent lu pour la librairie et grandement appréciés) :

puits-des-memoires-integrale1-535x264

La trilogie du puits des mémoires de Gabriel Katz. C’était ma première découverte de l’auteur et depuis j’ai lu d’autres livres de lui ou déjà acheter en prévision. Son écriture est limpide et surtout il a une maitrise du rythme et des rebondissements incroyable. C’est à découvrir !

watershipdown                                                                                                                                                                                 Watership down de Richard Adams (hélas mort en décembre dernier). Ce roman j’en entendais beaucoup parler par des collègues et amis libraires et du coup malgré la grosse brique j’y suis allée et heureusement ! Ce fut une incroyable découverte. Certainement ma meilleure lecture de l’année (applaudissements pour lui ^^). C’est le genre de livre qu’on ouvre et qui nous immerge intégralement dans son univers. C’est ce genre de livre, qu’une fois fini, on a un pincement au coeur à l’idée de quitter tous nos personnages. Un classique à lire absolument.

 

 

makine

L’archipel d’une autre vie d’A. Makine. J’avais entendu du bien de l’auteur pendant ma 1ère année d’apprentissage. J’avais aussi décidé de lire un peu plus de littérature « adulte ». Du coup je l’ai emprunté pour combiner ces deux objectifs et j’ai eu amplement raison. Cette histoire de chasse à l’homme en pleine taïga m’a prise aux tripes. Mais pas que. Le fait d’avoir aussi autant de réflexions sur la Russie et son histoire et ce qu’on est près à faire pour avancer dans la vie était passionnant. De plus quelle plume !

 

 

Top 3 des romans jeunesse : 

six-of-crows

Six of crows de L. Bardugo. Alors, pour cette lecture je dois remercier chaleureusement Lucie de Lulai lis sur youtube pour m’avoir très fortement donné envie de découvrir cette histoire. Il y avait de tout dans ce livre : un univers hyper fouillé et réaliste tout en étant fantasy comme j’aime, une galerie de personnages là aussi très réalistes et tout en nuances, une intrigue pas banales et menée de main de maître et une belle écriture. J’ai tellement hâte d’avoir la suite c’est fou !

                                                                                                                              lady-helen

 

Lady Helen de A. Goodman. Là encore je l’attendais avec une grande impatience grâce à la booktubosphère. J’y ai découvert une héroïne incroyable qui est loin d’avoir envie d’être une héroïne justement. Une histoire de démon, qui sous couverts d’être banale, explore le mythe de manière originale et dans une ambiance feutrée de diner mondain que j’ai adoré.

 

 

everything-everything

 

Everything Everything de N. Yoon. Pour ce roman ce fut une belle surprise. J’avoue que je m’attendais à une histoire sympa sur le moment mais sans fond réellement marquant. Que nenni ! Je me suis retrouvée happer et c’était bien tout simplement. La maladie, la révélation de fin, l’apprivoisement des deux héros, j’ai trouvé tout superbe.

 

 

 

Top 3 bandes-dessinées :

la-deesse-sans-visage

Les carnets de Cerise tome 4 de J. Chamblain et A. Neyret. S’il y a une Bd que j’attendais avec impatience c’était elle. Et je suis ressortie ravie bien au-delà de mes attentes. Bien sûr les dessins sont toujours aussi beaux, notamment les jeux de lumières. Mais l’histoire a pris une profondeur très nette et j’approuve à 1000%.

port-marins

 

 

Le port des marins perdus de T. Radice et S. Turconi. Je vais être brève car il fait parti de mes rares articles que j’ai déjà écrit pour l’instant. Avec cette Bd il y avait la grâce des dessins allié à la délicatesse de l’histoire. Du très très beau.

 

 

etrange_universite_freaks_squeele_tome_1

 

Freaks squeele de F. Maudoux. Un univers totalement déjanté est le coeur de cette Bd et j’adhère totalement. Imaginé un monde où les héros poussent comme des champignons. Il faut bien des écoles. On va donc suivre les destins de trois étudiants de l’une d’entres elles. Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils ne sont pas très doués. C’est énorme !

 

Pour mes résolutions livresque de 2016 j’ai échoué pour la plupart hormis celui de lire 130 livres dans l’année. En effet, j’en ai lu 150 tout pile. J’ai donc réussi à avoir un rythme de lecture beaucoup plus satisfaisant, encore loin de recommandations de mes formateurs mais je suis satisfaite de moi. J’ai aussi lu plus de contemporains et de bandes-dessinées que ce je n’avais jamais fais.

Pour 2017 j’ai plusieurs objectifs : découvrir plus de littératures étrangères (hors USA et UK), lire au moins 6 classiques, finir au moins 12 séries (logiquement c’est faisable), avancer dans mes séries très longues comme Tara Duncan, les chevaliers d’émeraudes…, lire un livre en VO anglaise, faire au moins deux articles par mois sur mon blog et lire 160 livres dans l’année. J’ai arrêter de vouloir baisser ma PAL. En étant libraire c’est impossible ! Souhaitez-moi bonne chance.

Sur ce, je vous laisse vous fait pleins de bisous et vous souhaite de superbes découvertes livresques en espérant que certains courts avis vous aurons donner envie.

Stéphanie