Bande-dessinée

Le port des marins perdus de Teresa Radice et Stefano Turconi

port-des-marins-perdus-couverture_5631447

Auteur : Teresa Radice

Illustrateur : Stefano Turconi

Edition : Glénat et Treize étrange

Parution  :  2016

Prix : 22€

Résumé : Automne 1807. Un navire de Sa Majesté récupère au large du Siam un jeune naufragé qui ne se rappelle que de son prénom : Abel. Le garçon se lie rapidement d’amitié avec le premier officier, capitaine du navire depuis que le commandant s’est enfui avec le trésor du bord. Abel retourne ensuite en Angleterre où il loge dans l’auberge tenue par les trois filles déchues du fuyard. Alors que la mémoire lui revient peu à peu, il découvre quelque chose de profondément troublant sur lui-même, et la véritable nature des personnes qui l’ont aidé…

Mon avis : Coup de coeur pour cette BD. Je l’ai découverte en me promenant au salon de Montreuil. J’accompagnais Alexandra qui venait chercher Alice de l’autre côté du miroir. Et là je suis tombée sur cette Bd fantastique. J’étais déjà sous le charme rien qu’avec la couverture. Heureusement ça s’est confirmé avec le contenu lui-même.

L’histoire déjà est géniale. On pourrait croire que ça ne va être qu’une histoire de marins et bien détrompez-vous. Cette partie est importante bien sûr et j’ai adoré. Bon faut savoir que moi si tu me parles de bateaux, de pirates, de découvertes maritimes je suis déjà intriguée. Et là, franchement il y a de la maitrise. On est de plein pied dans le quotidien d’un vaisseau de la marine britannique. Teresa Radice nous abreuve de vocabulaire de marins qui même s’ils ne sont pas expliqué donne le ton à l’histoire. Mais outre cela elle insère aussi des chants de marins qui ont vraiment existés. Bref il y a eu de la recherche et ça se sent.

Mais comme je le disais, ce livre n’est pas qu’une histoire de marin. C’est l’histoire D’Abel, un jeune garçon repêché au large du Siam totalement perdu et sans mémoire. Petit à petit vont apparaitre des éléments qui vont construire la trame principale du livre jusqu’au dénouement final. Tout est hyper bien agencé d’ailleurs ! Nous avons donc une histoire de marins, de bateau mais en parallèle celle d’Abel en quête de son passé. Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il va rencontrer une foule de personnage incroyable.

C’est un autre point qui m’a marqué. De nombreux personnages apparaissent et pourtant tous ont de l’importance, une vraie valeur pour l’histoire. Et c’est vraiment incroyable comme ils ont de la profondeur. Je retiendrais Abel bien sûr (tant de douceur et de force c’est incroyable) mais aussi Rebecca (personnage énigmatique et captivante) ou Yasser. Yasser n’est qu’un personnage de second plan et pourtant par le dessin et surtout par son dialogue il a une vraie voix. Il pousse à réfléchir et souvent ses pensées m’ont beaucoup plu. En bref aucun n’est laissé un peu en retrait. De plus, outre les dialogues, Teresa Radice donne aussi parfois de long monologue aux personnages et loin d’être « chiant » c’est au contraire l’occasion d’aller au coeur des personnages. Bref vous l’aurez compris pour ce qui est des protagonistes ici vous ne serez pas déçu !

Enfin, je ne peux passer à côté du travail fantastique de Stefano Turconi. Non mais regardez moi cette BD. C’est incroyable ! Même si l’intérieure est en noir et blanc sans couleur c’est d’une force et d’une beauté à couper le souffle. Tout est crayonné. Et cette simplicité même fait la force du trait de l’illustrateur. Et surtout que de finesse. Il y a toujours une foule de détails à observer qui abreuve notre imaginaire et répond magnifiquement bien aux texte de Teresa Radice. Si pour son texte je sentais beaucoup de recherche il en est de même pour le dessin. Rien que les cases sur les bateaux sont incroyable de précision.

Ah oui et j’oubliais de dire que les deux créateurs de la BD nous offre aussi un beau voyage au pays de la poésie, puisque celle-ci fait partie intégrante du port des marins perdus. On y trouve de très nombreux extraits de Wordsworth, Blake… J’ai découvert de très beau poèmes alors même que je ne suis pas très poésie.

Stéphanie

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le port des marins perdus de Teresa Radice et Stefano Turconi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s